Léonard de Vinci

Atelier Léonard de Vinci


29 Rue Napoléon III - 41210 La Ferté Beauharnais / Tél : 06.79.33.54.76


Pour lire les écrits de Léonard de Vinci, il faut dans un premier temps renversé par l’artifice du miroir le texte. Aujourd’hui l’informatique nous permet de le faire très simplement.

On a l’impression de lire en italien ce qui suit …
De ponderibus
Se staria a tirare la lieva a. b. nel punto c., essendo legata la corda in b. farai a punto tanta forza, come se fussi legata in d.
En français cela donne …
De ponderibus
S'il va tirer le léger a. b. au point c., être attaché à la corde en b. vous développerez beaucoup de force, comme si vous étiez à égalité d.
Cette lecture nous laisse penser être en présence d’un bras de levier.
“Asta come leva, con a d b – c” -- « Tige comme levier, avec a d b – c »

Le décodage décrit dans le feuillet 097R du manuscrit A (texte en latin), implique de relever chaque lettre sans les changer. Ceci diffère donc avec la technique utilisé pour lire de l’italien. Bien évidement la lecture en italien devient impossible.
Pour ce faire j'ai déterminé une charte graphique :


Donc en reprenant le texte suivant j'obtiens une suite se syllabes (la découpe est donc intuitive):

VI PO VI RE BU F"i"
FI FRE AR NE NE TE RA RI LA LA I BA A. .B. NIL PU TO C
I EFF IL VO LI G A"e" TA . LA CUR VA . I . B FAR NE A PU TO
TAN TA I FOR SA . TRO MI . FI EFFU EFFE . LIG A"e" TA . IN . VE

VI PO VI RE BU F"i"
FI FRE AR NE NE TE RA RI LA LA I BA A. .B. NIL PU TO C
I EFF IL VO LI G A"e" TA . LA CUR VA . I . B FAR NE A PU TO
TAN TA I FOR SA . TRO MI . FI EFFU EFFE . LIG A"e" TA . IN . VE

j'effectu une recherche d'extentions de mots latin possible à partir des syllabes. Un texte doit apparaître (le mot latin choisi represente une idée ou un objet nous obtenons le texte suivant :

VIsio POrrectio VIsio REctus BUxum Finio….FInio FREquentia ARchitectura NEcessari NExilis TEllus RAdius RIgido LAmina LAbo Ibi BAculum A. B. NIL PUnctio TOrqueo C.….Ibi eFFectio ILlabor VOlvo LIgo Aequabiliter Tantus. LApidosus CUrvus VAllo. Ibi Bene FARcio NExux Aedificatio PUnctio Torqueo….TANtulus TAlea Ibi FORma SAtis. TROpaeum MIrabilis. FIgura eFFUndo eFFectus . LIGo Aedification TAlea inclino D.

Traduit litéralement :


voir allongement voir droit le bois borne---Borner fréquence Architecture necessairement attaché ensemble terrain piquet rigide mince piece de metal vaciller ici baculum A. B. seulement piquet imprimer un mouvement de rotation C.---ici effectuer glissant faire rouler entourer d'une manière uniforme de cette grandeur pierrer courbe entourer. Ici bien remplir lier construction piquet façonner au tour---aussi petit piquet ici forme parfaite. Ma maquette est admirable. Structure verser accomplissement. Lier construction piquet faire changer de direction D.


Les maquettes – Manuscrit B 006R


Cette invention a été réalisée en 1516 à l'arrivée de Léonard de Vinci en Val de Loire. Il s'agit ici d'une communication faite à François 1er. Il lui explique l'utilitée des maquettes dans les projets de construction


Réalisée fermement, admirablement et hâtivement, la construction permet d’expliquer et de se réjouir humblement d’un projet par ce support. Partant de rien, le maître peut ébaucher le projet et rapidement charmer qui que ce soit en lui éveillant l’esprit par ce témoignage réel. La construction provoque l’émoi et permet de soutenir, par des commentaires, l’ouvrage et de parler de sa mission. Le maître cherche à provoquer l’étonnement et la réjouissance grâce à la mise en œuvre rapide de l’ouvrage.

Il peut s’appuyer sur cette construction pour défendre le projet. Le travail et l’enseignement soutiennent facilement les décisions critiques ou irritantes en effectuant des ajouts. La construction terminée rassemble toute la réflexion et fait office d’exemple. Alors, la construction devient divertissante. Elle enseigne et peut être touchée. Mais, une fois constituée et approuvée, elle caractérise le projet, rendant impossible tout abus ou tromperie ultérieure.

Le fait de s’appuyer sur l’apparence permet de disserter sur les contestations d’opinion et évoquent les raisons du maître et, ainsi, par des raisonnements scrupuleux et fidèles, répondre aux questions pour remporter le projet. La promesse d’une réussite, par cette construction fidèle, est parfaitement raisonnée, peut être engagée comme principal soutien au projet. C’est une manière de montrer, par exemple, qu’un château peut être réalisé par des pièces en buis, s’emboîtant deux à deux par un léger effort. La construction évolue autant que nécessaire en distinguant toutes les erreurs à ne pas commettre.

La construction étant réalisée, on peut se réjouir de sa solidité. Il est permis d’assembler autant de pièces que nécessitera le projet. Les rebords emboîtés seront pointés avant d’élever l’étage. La construction pourra être portée en la liant par son milieu.