Léonard de Vinci

Atelier Léonard de Vinci


29 Rue Napoléon III - 41210 La Ferté Beauharnais / Tél : 06.79.33.54.76


Pour lire les écrits de Léonard de Vinci, il faut dans un premier temps renversé par l’artifice du miroir le texte. Aujourd’hui l’informatique nous permet de le faire très simplement.

On a l’impression de lire en italien ce qui suit …
De ponderibus
Se staria a tirare la lieva a. b. nel punto c., essendo legata la corda in b. farai a punto tanta forza, come se fussi legata in d.
En français cela donne …
De ponderibus
S'il va tirer le léger a. b. au point c., être attaché à la corde en b. vous développerez beaucoup de force, comme si vous étiez à égalité d.
Cette lecture nous laisse penser être en présence d’un bras de levier.
“Asta come leva, con a d b – c” -- « Tige comme levier, avec a d b – c »

Le décodage décrit dans le feuillet 097R du manuscrit A (texte en latin), implique de relever chaque lettre sans les changer. Ceci diffère donc avec la technique utilisé pour lire de l’italien. Bien évidement la lecture en italien devient impossible.
Pour ce faire j'ai déterminé une charte graphique :


Donc en reprenant le texte suivant j'obtiens une suite se syllabes (la découpe est donc intuitive):

VI PO VI RE BU F"i"
FI FRE AR NE NE TE RA RI LA LA I BA A. .B. NIL PU TO C
I EFF IL VO LI G A"e" TA . LA CUR VA . I . B FAR NE A PU TO
TAN TA I FOR SA . TRO MI . FI EFFU EFFE . LIG A"e" TA . IN . VE

VI PO VI RE BU F"i"
FI FRE AR NE NE TE RA RI LA LA I BA A. .B. NIL PU TO C
I EFF IL VO LI G A"e" TA . LA CUR VA . I . B FAR NE A PU TO
TAN TA I FOR SA . TRO MI . FI EFFU EFFE . LIG A"e" TA . IN . VE

j'effectu une recherche d'extentions de mots latin possible à partir des syllabes. Un texte doit apparaître (le mot latin choisi represente une idée ou un objet nous obtenons le texte suivant :

VIsio POrrectio VIsio REctus BUxum Finio….FInio FREquentia ARchitectura NEcessari NExilis TEllus RAdius RIgido LAmina LAbo Ibi BAculum A. B. NIL PUnctio TOrqueo C.….Ibi eFFectio ILlabor VOlvo LIgo Aequabiliter Tantus. LApidosus CUrvus VAllo. Ibi Bene FARcio NExux Aedificatio PUnctio Torqueo….TANtulus TAlea Ibi FORma SAtis. TROpaeum MIrabilis. FIgura eFFUndo eFFectus . LIGo Aedification TAlea inclino D.

Traduit litéralement :


voir allongement voir droit le bois borne---Borner fréquence Architecture necessairement attaché ensemble terrain piquet rigide mince piece de metal vaciller ici baculum A. B. seulement piquet imprimer un mouvement de rotation C.---ici effectuer glissant faire rouler entourer d'une manière uniforme de cette grandeur pierrer courbe entourer. Ici bien remplir lier construction piquet façonner au tour---aussi petit piquet ici forme parfaite. Ma maquette est admirable. Structure verser accomplissement. Lier construction piquet faire changer de direction D.


projet d'une construction – Manuscrit B 004V


Cette démarche de mise en oeuvre architecturale dans l'élaboration d'une construction a été réalisée en 1516 à l'arrivée de Léonard de Vinci en Val de Loire. Il s'agit ici d'une communication faite à François 1er. Il lui explique l'organisation et la répartition des taches dans un projet architectural.


Tout travail est évalué par l’importance de la recherche. La recherche est libre et la réalisation est évaluée en conséquence. La valeur estimée est ensuite gérée. L’architecte assume la définition du monument et veille à sa réalisation. Ces bienfaits seront déduits des 1/7 (7 unités), en support des publications des dessins transmis.

Tout travail est évalué par les deux parties. L’architecte assume la description du monument pour le bénéficiaire et veille jusqu’à la fin de la réalisation pour 1/2 (2 unités). L’architecte distribue à l’équipe exécutante le façonnage des détails. Et, une unité est destinée au groupe de travail.

L’étendue de l’étude sera limitée par le maître et par le prix convenu. Et à cause de cela, je peux paraître froid dans mes relations, établissant presque toujours une résistance tolérante, mais séduisant toujours en tant qu’éducateur par sa parole persuasive. Je rédige des rapports qui sont mis à la disposition de tous les participants à la réalisation. C’est pourquoi, J’ai imaginé une bibliothèque flexible et organisée, dont je suis le seul à pouvoir l’utiliser du fait de la répartition dans les divers volumes. Chaque volume rassemble des sujets thématiques, favorisant la réflexions par des récits prouvés et rapportant une réponse accrue au problème posé. La connaissance, diffusée par moi, doit faire autorité sur les diverses idées, pour satisfaire au mieux l’élaboration du monument. j'accomplit, ainsi, sa mission de vigilance. La connaissance doit faire autorité afin d’apprécier et de protéger des fraudes possibles, en ne se laissant pas abuser par des laisser-aller.

Le maître a tous les pouvoirs pour renvoyer tous les perturbateurs. Cette punition sévère est nécessaire.

Des essais doivent être réalisés pour se rendre compte des dommages ordinaires. Cependant, la connaissance offre des solutions particulièrement crédibles, confortées par des règles matérielles. Ces règles matérielles sont relatées dans des récits rendant compte et débarrassés de toute malveillance. Ces descriptions s’appuient sur les ressources de l’esprit inflexible et ingénieux du maître mais aussi sur ses expériences matérielles.

L’arpentage est réalisé par le maître, caractérisant l’étendue et limitant le monument, afin de bien proportionner ce dernier en supprimant efficacement toute désillusion.

La maquette est destinée à être montrée. Elle est une représentation proportionnelle à la construction réelle. Elle est légère et de bonne qualité et est proposée en gage de modèle utile à la réalisation. L'artisan modeleur participe à son élaboration et adapte la maquette en fonction des réflexions. La maquette est travaillée en commun afin d’effacer, de transformer et de tronquer. Elle est souvent sujette à plaisanterie. Elle est souvent modifiée à cause des considérations de la mise en œuvre. Le maître facilite la détection des supputations frivoles, ridicules ou fragiles en évaluant les rudesses, les négligences et en libérant le débat de l’ignorance. La maquette est transportée pour informer du travail réalisé. Elle permet de décrire en détail et efficacement, simplement en montrant. Cependant, la présentation et la description sont exécutées par le maître. La maquette corrobore les travaux consignés. La maquette donne généralement satisfaction et fait preuve de proposition matérielle. Les erreurs sont rejetées en concert par le commanditaire et le maître. Puis, elles sont transformées jusqu’à la validation bilatérale. Le réalisateur de la maquette modifie les points discutés du commencement jusqu’à la fin.

En cas de vol, la maquette sera mise en pièces. Les morceaux seront recueillis et gardés temporairement. Le projet ne bénéficiera d’aucun conseil supplémentaire. Ces dispositions seront prises par le maître et le maquettiste. Ils s’accommoderont de l’abandon du projet.

La réalisation, comprenant l’outillage et l’accomplissement du travail, sera rémunérée. Pour l’étude, le budget sera divisé comme suit : 1/3 de 1/7 (3 unités des 7 unités initiales) et 1/4 (4 unités) pour la construction. Cette répartition est la garantie d’une bonne qualité de travail. En général, des gages sont donnés en retour des présentations, nourrissant ainsi le projet.

Les maquettes témoignent du travail réalisé en sauvegarde. Ainsi, l’ensemble des descriptions et des modifications attestent de son amélioration. Une fois la maquette validée, le maître et le constructeur réfléchissent aux problèmes contrariants de la construction. La justesse et la connaissance de la maquette permettent la réalisation des plans de définition.

La construction est supervisée jusqu’au bout par le maître et le constructeur, en se rapportant à la maquette pour toutes discussions ambiguës et opportunes. La maquette permet de lever toute ambiguïté et enseigne clairement la conduite à tenir. La maquette ayant été validée pour être réalisée, elle ne pourra être ni volée, ni aliénée par un constructeur jaloux.

La maquette à elle seule rapporte, en détail le monument pour sa réalisation. Elle est bien proportionnée et est accompagnée d’un grand nombre de plans de construction. Les plans sont remis au constructeur au grès de la construction.